Domaine d'Ayline de Montestier Droucy, Fille d'agapee Index du Forum
Domaine d'Ayline de Montestier Droucy, Fille d'agapee Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Habillons le mensonge
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Domaine d'Ayline de Montestier Droucy, Fille d'agapee Index du Forum -> ROLE PLAY ->
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 20:52 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

    Son index approcha de sa bouche et la rouquine fit, pour la première fois, ce geste qu'elle trouvait pourtant répugnant. Se mordiller l'ongle comme pour marquer son stress. Ses jambes ne bougent plus. Ses joues ont repris leurs couleurs d'origine.. Pourtant elle ressent se stress monter et prendre possession de tout son être. Ses yeux sont toujours à détailler Thibalte et à tenter de le cerner. Mais qui était il? Pourquoi lui faisait elle cet effet? Elle était pourtant douce, pure... Ne pensant point à la chose comme toutes ses personnes accroc a ces moments impure. Pourtant elle était là, à l'imaginer s'approcher d'elle... Glisser ses doigts sur son corsage... relevé lentement sa jupe. Elle écarta sa main de sa bouche et préféra se mordiller la lèvre...

    - Je ne pensais pas que l'un pouvait se marié avec l'autre. Mais vous savez, je ne suis pas vraiment experte dans ses choses là. Quand à me faire votre ici même... Ce serait pure fiction mon cher ! Je ne suis pas demoiselle à écarter les cuisses facilement devant de jolies paroles telles qu'elles soient. Non je suis plus réservé quand à ses choses là. Et je note que vous avez cette impression que je soit à la hauteur de vos attentes. Enfin je l'entends ainsi.

    Elle marqua une petite pause...

    - Oui qu'un exemple... je confirme.

    Petit sourire malicieux. Oui elle le piquait au vif ! enfin elle tentait surtout. C'était bien la première fois qu'elle aimait ce petit jeu... Le jeu de s'approcher du feu et de s'en extirper avant même de ressentir une brûlure... O u même la chaleur vive de celui ci. Ses yeux suivait chacun de ses mouvement comme pour y décelé un indice quand à ses envies, ses désirs...

    - La réputation dite vous? J'avoue que je ne la connait point. Je suis venu simplement sous la demande de l'artiste elle même. Appréciant son travail avant tout, j'ai pensée que ma présence ici permettrait d'en apprendre plus justement sur la clientèle de cette charmante artiste.
    Puis-je savoir quelle toilette vous avez pu... Observer? si l'on peu dire ainsi.


    Oui la rouquine était certes jeune du haut de ses 17 ans... Mais elle n'était pas dupe ni gourde au demeurant. Un homme observant une toilette? mais bien sûre... En générale cela se traduisait par une soirée, romantique ou non... et a un effeuillage dans les règles qui menaient, sans nulle doute, à un acte impure par la suite. Elle tourna la tête légèrement affichant toujours ce petit sourire et montrant qu'elle avait bien saisit la teneur de sa réponse.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 26 Fév - 20:52 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 20:52 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

Thibalte a écrit:


La jeunesse de la fougue s'était soudainement éveillée chez la jolie. Ainsi donc, elle était de celles qui osaient s'aventurer à pas de fourmis dans la foret interdite, sans jamais goûter au fruit défendu. Le reste en revanche, il s'en était douté. Il est aisé de faire voyager des mains, sans que pour autant la suite ne soit rythmé par le coeur et les soupires. Aussi, c'est un sourire des plus narquois et séducteur qui s'afficha sur les lippes du Valzaquière.

Vous le saurez bien assez tôt très chère ! Pour ce qui est du reste, que vous ne soyez pas de celles qui possèdent un fer chaud entre les cuisses, vous rend honneur, vous m'en voyez ravi. C'est peut-être cela qui vous rend.. Plus attractive. Et à la hauteur de mes songes les plus inavouables.

Machinalement, Thibalte pressa son index et son pouce en les frottant l'un contre l'autre, alors que le regard ne quittait pas cette scène que la rouquine lui offrait. S'ils n'avaient pas été séparé du bureau, le jeune homme aurait sans aucun doute effleurer le sourire de la belle, ne serait-ce que pour revoir ce rouge qui la sied.

La Comtesse du Béarn, en possède une toute à fait charmante. Le peuple pourra le dire.


Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 20:53 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

    L'heure tournait et elle ne s'en rendait même pas compte. A vrai dire, le temps semblait comme suspendu depuis sa rencontre avec l'apollon. Il était du genre à être de très bonne compagnie. Elle allait reprendre toute ses belle paroles et en faire un nouvelle interrogatoire mais le coursier fit irruption, portant avec lui, la peinture demandé. Il la déposa sur la table et s’effaça sans même un mot ou un geste. Les deux toiles étaient empaqueté soigneusement pour ne pas les abîmé pendant le trajet surement. Un vélin était plier au dessus du paquetage. Elle le saisit et le déplia afin d'en lire la teneur. D'abord pour elle puis à voix haute...

    - Pardonner notre coursier. Il est un peu surmener c'est temps ci. Voilà donc votre commande de peinture avec un mot de l'artiste que je dois vous lire.

    Citation:
    " Ma chère Ayline,

    Veuillez remettre cette commande a Thibalte. Pouvez vous aussi lui dire que j'ai pris plaisir à peindre sur un thème que je ne voyais que peu c'est derniers temps.
    J'espère qu'il appréciera le travail et qu'il aura plaisir à revenir me voir pour ses prochains travaux.

    Prévenez le aussi que la tenue devrait arrivé d'ici peu ainsi qu'un petit présent. Prenez soin de notre client ma chère amie !

    Avec toute mon amitié

    Lysandre"


    Elle plia le vélin et fit un petit sourire plus doux cette fois ci. Point adressé au client mais plutôt un plaisir de lire son amie qui lui manquait terriblement. Elle caressa le bord de son visage afin de glisser une mèche rebelle derrière son oreille et releva les yeux pour croiser à nouveau le sien.

    - Il convient de vérifier que la commande soit à votre gout ! je vous laisse donc ouvrir le paquet.

    Elle fit un petit soupire. Oui ce coursier l'avait sortie de cette conversation qui la menait à des endroits qu'elle n'aurait pu supporter trop longtemps. Certes il était largement à son gout mais son cœur étant pris, elle ne pouvait se permettre d’attiser encore plus son envie... nul ne sait ou tout cela aurait mené..


Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 20:54 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

Thibalte a écrit:


Le page arrivait, les bras chargé d'un emballage soigneux. Le regard d'ébène se posa sur l'homme qui ne pipa mot, s'en allant aussi simplement qu'il était venu. En voilà des manières ! Mais cela lui importait peu. Sa commande était prête, et l'artiste avait visiblement apprécié cette ouvrage. Une femme de goût, pour sûr ! Aussi, c'est tel un enfant que le Jais quitta son siège pour venir faire face au bureau sur lequel dormait sa peinture. Du bout des doigts, le jeune homme défit l'emballage, découvrant une à une les couleurs de la toile. Un fin sourire se nicha sur le visage de l'amateur de belle chose. Quand le tout fut visible, le regard se plissa, détaillant chaque coin, chaque coup de pinceau comme si l'artiste avait peint devant lui. Oublié l'homme à femme, le charmeur et le mystérieux. Ayline avait face à elle, ce Thibalte que personne ne connaissait. Silencieux, le visage fermé et consciencieux, le jeune homme observait, s'imprégnant presque de cette peinture qui était sienne.

Parfait. Elle est parfaite, exquise et délicate.

Replaçant ses mains dans le dos, le Valzaquière leva le nez vers la jolie.

Vous pourrez transmettre mes respects à l'artiste, et l'assurance que je reviendrais à coup sûr pour ses services.

Il y avait bien des choses à faire. Notamment la devanture de son hôtel, tout comme l'entête de ses lettres. Mais pour l'heure, il était là pour une toilette le mettant à son avantage, et cette magnifique peinture qu'il mettrait en évidence, tel un trophée.


Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 20:55 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

    Le client prit le temps de se lever et de vérifier la commande. La rouquine avait le souffle comme coupé attendant l'avis du bellâtre. Elle scruta son visage, puis ses mains déballant le paquet. Il semblait tel un enfant ouvrant ses présents le soir de noël et elle fut comme envahit d'une infini tendresse à son égard. Oui c'était tellement beau de voir l'inconscience chez un adulte. Puis ce fut un tout autre visage qui s'offrit à elle. Un homme sérieux qui scrutait sans ménage la toile. Surement pour y détecter une possible anomalie? Son sourire laissa place a un visage plus renfermé, comme si d'un coup, l'on avait touché en plein cœur. Comme si elle avait en face d'elle une autre personne. Etait-ce le vrai Thibalte? celui qu'elle aurait voulu entendre au moment de passer commande? Elle se leva et vint poser sa main sur son épaule...

    - Tout va bien? Je passerais vos impressions à la créatrice qui je suis sure sera plus que ravie. Et elle ne sera pas la seule d'ailleurs...

    Il le va enfin le nez en plaçant ses mains dans le dos tel un professeur dans une salle de cours. Ce qui la fit sourire un bref instant. Il y avait bien longtemps qu'elle n'avait passer un moment si agréable. Elle recula, lâchant enfin son épaule et se posa a nouveau sur son fauteuil. Il fallait donc reprendre cette discutions...

    - Revenons à nos moutons... Vous parliez de songes inavouable? peut être pourriez vous en dire plus?

    Oui elle avait sélectionner le sujet avec soin. Il fallait encore le faire attendre concernant les tenues et elle avait très envie d'en savoir beaucoup plus sur ce sujet. Une manière ma foi agréable de passer le temps.



Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 20:55 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

Thibalte a écrit:


Un instant durant, la main de la jolie sur son épaule lui parut lointaine, comme une brise s'éloignant d'or et déjà avec le temps. Peu étaient ceux qui comme lui savaient apprécier les peintures des artistes, bien trop occupés à en posséder en masses pour ne jamais les sortir et les exposer fièrement dans leur coeur - et aux yeux de tous. Un demi sourire naquit sur la mine du Valzaquière, encore emprunte de la finesse des traits qu'avec effectuée la peintre, comme pour rassurer la jolie. En peu de mot, elle avait mit en avant ce qui dormait au fond de lui. Mais il aurait tout le temps chez lui, à l'Hôtel Valzaquière de contempler l'oeuvre. Hochant doucement le minois, le Jais pinça les lèvres avant de tenter de retrouver ce visage qui était sien quelques instants plus tôt.

Tout va bien.

Ni plus, ni moins. La rouquine regagna son fauteuil, et l'ébène le siens, refixant son attention sur la juvénile. La toile dormait entre eux, créant comme une barrière de tout les instants. A l'instant où la jolie posa son regard dans celui de ténèbres, le tambourin du jeu reprit un rythme délicat en lui, d'avantage à la question qui visiblement, chatouillait la curiosité ou bien même la folie de la féminine. Aussi, afin de reprendre le dessus de lui même, et le cours du jeu, Thibalte laissa un silence planer quelques secondes, avant de ne quitter son siège. Tirant légèrement sur son pourpoint, il vint se poser gracieusement sur le bureau, à côté au plus près de l'hôtesse. Les mains se croisant devant lui, le visage penché vers la délicate, les étincelles dans les yeux du Jais sautaient sur le minois précieux.

J'ose imaginer que mes songes, ne feront pas peur à un être aussi délicat que vous.

D'un geste de main, le maître prit appuie de sa dextre sur le bureau.

Que pourrais-je vous dire d'avouable.. J'imagine la douceur de votre peau, le parfum délicat qui le borde et la chaleur délectable qui en découle.


Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 20:56 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

    Le jeux reprenait de plus belle et la rouquine aimait cela. Oui c'était un de ses moments qui lui permettait de s'évader. De ne plus être cette petite fille de reine. Ou cette demoiselle qui doit paraître bien sous tout rapport. Juste un bureau, lui et elle. Nulle regard indiscret... Nulle témoin de ce qui se passait. Juste l'envie de le découvrir, d'en apprendre encore plus sur cette petite chose délicieuse. Puis un moment de doute, de crainte même. Le voyant se rapprocher et poser son petit séant, qu'elle n'avait pas manquer de regarder tantôt, sur le bureau. Le cœur s'emballe de le sentir si proche et pourtant si loin d'elle. Elle aurait pu se lever et mettre fin au défi qu'elle c'était lancer. Se laisser aller dans ses bras sans ce soucier du lendemain. Mais la raison était plus forte. Beaucoup plus forte même... Elle ne le quittait point de ses émeraude, cherchant à comprendre le but de cette manœuvre... Puis il se pencha se rapprochant encore plus d'elle... Elle ne put s'empêcher d'humer son odeur, fermant les yeux un bref instant...

    - Peur? Non... Je... Ne suis... Pas une petite nature. Laissez vous aller !

    Pincement de lèvre plus franc. Pourquoi avait elle lancer cette phrase? Il allait en déduire qu'elle était sous son charme. Bien que ce fut une évidence, elle regrettait déjà d'avoir lancer ces mots là... Puis vint les paroles plus juste, plus à l'image de Thibalte. Du moins de ce qu'elle avait cerné de lui depuis son entré dans ce bureau. Pincement de lèvre plus délicat, plus sensuel même... Imaginant chacun de ses mots, ses yeux se fermèrent plus longuement. Sa tête fit un léger mouvement sur le coté comme si elle sentait sa main glisser sur son cou... Puis elle revint à l'instant présent, secouant celle ci pour remettre ses idées en place. Oui c'était difficile de garder les pieds sur terre.

    - Voilà bien des mots de charmeur. Surement ces même mots que vous dite à chacune des dames ou demoiselle qui prennent possession de votre couche. N'y voyez rien de... enfin... Je ne suis pas duppe.

    Elle avait juste envie de se lever et de l'attraper de manière brutale. De se poser à califourchon sur lui, là sur son bureau... de le laisser l'envahir de toute les manières possible. Mais il fallait être réaliste. En quoi une jeune demoiselle comme elle pouvait intéresser un coureur tel que lui.


Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 20:57 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

Thibalte a écrit:


Pas une seconde les ébènes ne quittèrent ce minois juvénile qui Ô combien appelait à être goûter. Le Jais savait se contrôler, ou tout du moins, il le tentait. Car à l'instant ou la jeune femme ferma les yeux, il le savait : le jeu était à son avantage. A l'instant ou elle fermait les yeux, Thibalte le savait ; les sens de la rouquine étaient en alerte, bien que tout en retenu. Aussi, quand elle secoua le minois comme pour oublier cette pièce muette qui se jouait à son esprit, le jeune homme ne pu que laisser un rire s'échapper.

En effet, ce sont la des mots qui se nichent aux creux de chaque femmes que je désire. Seulement, chaque peau est délicate à sa propre façon. Chaque femme sent.. une fleur différente, et chaque chaleur est mise à rude épreuve.

Amusé de l'inquiétude juvénile, le Jais approcha doucement sa main de la tignasse, glissant chastement du bout des doigts une mèche derrière l'oreille.

Et je suis certain que dans votre cas, le tout ce mari à merveille. Osez me dire le contraire.. Et je me verrais obligé, de vérifier par moi même.

Récupérant sa main, le Valzaquière scruta les joues de la jolie. Allait-elle prendre d'avantage de couleur ? Ou bien la fleure en elle, se refermerait sèchement, laissant un arrière goût amer pour l'un comme pour l'autre ? Quoi qu'il en était pour lui, elle était à présent, sa parcelle de jeu en ce lieu. La bienséance aurait voulu qu'il se renseigne par la suite de la qualité de la jeune femme qu'elle était, et de ses relations. Mais il n'en ferait rien. Promise ou fiancée, un jeu restait un jeu. Le tout était de savoir, quand il ne fallait franchir une certaine limite.


Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 20:58 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

    Ce petit rire ramena la rouquine au présent. Elle ne savait pas vraiment ce qui méritait ce rire même léger. Mais elle appréciait l'entendre c'était une certitude.

    - Je penses vous avoir cerné finalement. Mais je suis ravie de voir que chaque femme à une importance, à sa manière, pour vous. Comme quand l'on croque un fruit puis un autre et que l'on découvre que la fraise est différente de la framboise. Enfin je ne sais pas si vous comprendrez ou je veux en venir...

    Ayline sentit alors un de ses doigts glisser dans sa chevelure de feu. Et le voilà qui replace une de ses mèches rebelle derrière son oreille. Un geste qu'elle avait déjà fait auparavant. Mais que voulait cette fichu tignasse? la rendre folle? Petit sourire gêner et joue qui s'empourpre plus que de raison. Oui l'effet était plus qu'immédiat pour la délicate. Elle n'avait pas vraiment l'habitude de sentir une main masculine sur sa peau. Que ce soit sur le visage ou dans des endroits plus discret. Elle aurait bien attrapé sa main pour y poser un baiser ou même pour qu'elle s'attarde langoureusement sur sa joue mais ce n'était pas bien. Il y avait bien une limite à ne pas franchir et elle se retenait encore pour ne pas succomber au Jais. Ne pas se laisser porter par sa voix et surtout ne pas devenir cette femme de plus a sa liste de victime.

    - Hum... Il est possible ! a vrai dire je ne puis répondre moi même a cette question. Et je doute que vous trouviez un homme qui puisse y répondre également.

    Ses joues virèrent au rouge vif. Une chaleur qu'elle ne pouvait décrire venait de s'emparer de son visage tout entier. Elle eu beau tapoter ses joues délicatement avec ses mains fraîche. Rien n'y faisait. Nulle doute, avec cet état, il ne pouvait que comprendre le sens caché de cette phrase. Oui nulle homme n'avait oser s'aventurer sur ses contrés. Ce qui ne gênait en rien la délicate ! Mais l'age avançant... le besoin de connaitre ses choses là se faisait sentir de plus en plus et elle se surprenait à pousser encore et encore ses limites là. Il fallait prendre le dessus ! cette situation ne devait en rien la déstabiliser, même si c'était déjà largement le cas...

    Elle se leva et fit quelques pas dans le bureau. Ses doigts se torturèrent l'un l'autre. Ses yeux regardait le planché de bois et son esprit était traversé de mille et une questions. Elle en oublia même qu'elle avait le Jais qui devait surement la regardé et se demander ce qui se passait. L'on pouvait juste entendre quelques mots dans son monologue incompréhensible.


    - Le faire... pourquoi... reprends toi...


Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 20:59 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

Thibalte a écrit:


La comparaison amusé le Jais ; imaginant alors la peau fruité que la jolie pouvait posséder. Gracieuse et juvénile, elle se laissait gagner par l'appel du risque, sans pour autant en comprendre la conteneur. Et pour cela, le Valzaquière se retenait. Il lui avait été donné de croiser tout type de femmes ; celles de bas étages, celles qui se donnaient l'air de grandes de ce monde mais n'en était rien, et les plus fragiles de toutes : celle buvant les mélodies de l'amour sincère. Et à en juger par la façon que la doucette avait de rougir sous le geste simple et chaste dans ses cheveux, elle ne pouvait qu'être des fragiles. Ce qui avait le don de la faire entrer dans son lot de commun. Pourtant au delà de ça, son corps criait silencieusement au Jais de le toucher, encore une fois. Et si finalement, une bataille interne se déroulait en la rouquine ? L'idée était plaisante pour le charmeur.

Puis tout semblait se dessiner doucement. La vierge et le voleur de corps, ensemble dans la même pièce. L'un se faisait violence pour ne pas tout bousculer, et la poser là, sur le bureau. Alors que l'autre tentait de faire taire cette petite voix intérieur, irréfutablement attirée par le Jais. Aussi, lorsqu'elle se leva pour faire les cents pas dans la pièce, le jeune homme ne pu retenir un pincement de lèvre torturé. Les bras croisés sur le torse, le Valzaquière se retourna afin de regarder la marche tortueuse de la jeune femme, se demandant si toute fois, elle allait se souvenir de sa présence. Mais au vu de ses mains qu'elle trituraient..

Doucement, l'ébène quitta le bureau, et vint se mettre sur le chemin de la jolie ; de la douceur dans le regard.


Ainsi donc.. Mes songes ou ma personne vous perturbent ?


Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 20:59 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

    Ses questions continuaient à tourner telle une valse sans fin dans son esprit. Oui il était charmant, oui il était frais également. Il avait de la conversation et savait touché là ou il fallait pour l'attirer à lui. C'était sans issue... La seule vrai question était succomber à cette envie sachant qu'après l'un et l'autre irait de leur coté... ou se retenir et entretenir ce désir sans avoir à le touché... Oui c'était la seule vrai question qui torturait notre hôtesse qui continuait les cent pas, enfin c'était sans le Jais planté sur son chemin. Elle vit d'abord ses pieds qui la fit stopper net son élan. Puis ses yeux remontèrent sur ses braies... Puis son pourpoint et enfin son visage. Ses émeraudes se plantèrent dans ses ébènes. Que fallait il faire la ! fuir? Ce n'était point sérieux. Elle était si proche de lui... tellement qu'elle aurait pu sentir son souffle sur son doux visage. Une main s'échappa et alla se poser telle un pétale sur la joue du Jais. Sa tête disait non ! pourquoi fais tu cela? Mais son corps lui ordonnait de se laisser faire et de voir ce qui se passerait. Cette main glissa doucement sur sa joue a plusieurs reprise. Nulle mot ! il n'y en avait pas besoin. Juste leur regard et ce geste si anodin mais qui avait tellement de sens a cet instant. Puis elle se retira brusquement. Et une voix douce se fit entendre...

    - Pardonner mon geste, cela n'était en rien professionnel ! Peut être répond t'il simplement à votre question?

    Oui cela aurait pu être largement suffisant mais la rouquine se rapprocha encore plus de lui. Laissant ses lèvres passer cette barrière imaginaire. Elle était si proche de lui qu'elle sentait ses lippes d'un effleurement délicieux... Puis la porte s'ouvre brusquement. Nulle coup pour prévenir. Quoi encore? N'avait elle pas le droit a ce moment précieux?

    - Ho pardon... désolée de vous déranger à nouveau ! Dame Lysandre à fait parvenir cela pour vous.

    - Et frapper avant d'entrer c'est de trop? Il ne faudrait pas trop poussé mon cher... Je suis plutôt gentille en générale mais la prochaine fois,
    c'est direct la porte et nulle retour en arrière possible !


    - Mais je vous en prie ! j'ai besoin de ce travail.

    - Tss tss ! suffit oui ! je suis en rendez vous. Posez tout sur le bureau et filer ! Non mais...

    Un paquet rejoins l'ancien sur le bureau et voilà que le coursier fila sans demander son reste. une triste mine sur le visage. Elle n'aimait pas être déranger surtout quand il lui coupa l'envie , le désir même de gouter a ce fruit défendu. Elle laissa donc le Jais pour rejoindre son bureau. Petit coup d'oeil sur le paquet mais point de parchemin cette fois ci. Elle aurait bien ouvert pour vérifier mais c'était au client de le faire. Elle laissa donc celui ci prendre possession de sa commande.

    - Je vous en prie, faite ! J'attends votre avis. Il y a une petite pièce au fond du bureau, vous pourrez passer les tenues à loisir et voir si elle vous vont.
    Sait on jamais si il y a besoin de retouche.


    Petite amertume d'avoir loupé cette magie... Mais il fallait faire son travail avant tout.


Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 21:00 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

Thibalte a écrit:


Un geste anodin. Un geste qui de surcroît sonnait à l'esprit du Jais comme l'accord final. La main de la délicate s'osait à découvrir la peau de Thibalte, comme si les ténèbres l'avaient enchantée. De ce geste, le jeune homme serra doucement la mâchoire, laissa le feu s'attiser à mesure que la jolie se laissait aller. Le jeu en était fait, l'issue était maîtriser d'avance : Thibalte possaidait l'attention particulière de la rouquine. Silencieux, la douceur gardée dans le regard, il se pinça la lèvres lorsque la main recula, comme un rappel. La bataille Aylinienne était aux yeux de l'ébène ; un délice. Le coeur à ses raisons que la raison ignore. Voilà ce qu'il en était de cet instant.

Alors qu'il s’apprêtait à ouvrir la bouche, la rouquine passa sans crainte la frontière qu'elle semblait s'être imposée. Délicatement, le souffle de la juvénile vint épouser l'espace du Jais, qui n'en avait que fait ainsi ; la main s'approchait du minois de la jolie. L'embrasser ou bien se retirer et la regarder se languir de lui encore et encore ? Dans le fond, il mourrait d'envie de la découvrir, Elle. Et comme un geste du ciel,l a porte s'ouvrit, arrachant la rouquine de l'instant précieux. Un sourire amusé habilla les lèvres du Valzaquière, alors que l'hôtesse râlait ostensiblement sur le page. Dénouant à l'avance le haut de son pourpoint, le jeune homme s'approcha du paquet, bien gros de toute évidence. Et si..

Un sourire malicieux bouscula l'amusement, alors que le Jais prenait entre ses bras le paquet. Sans un mot, il s'éloigna dans la pièce. D'un regard, il détailla la pièce ; paravent, miroir et petit meuble de bois. Parfait en soit. Quittant ses vêtements, le Valzaquière dénoua ensuite le paquet, le pétillement dans le regard. Il était loin d'être un amateur de mode, mais il le savait ; cette tenue serait pour lui l'apogée de son mensonge. Aussi, il enfila les braies, qui pour une fois, n'étaient pas oppressantes. Puis, il s'habilla des bottes. Pour quelle occasion mettrait-il cette toilette ? Il n'y avait encore songé. Mais il trouverait. Pour l'heure, il détailla la chemise, délicate et lourde à la fois. Puis le pourpoint - de toute beauté - qu'il enfila avant de n'aller regarder son reflet.


A nous deux, Ayline.

Quittant les magnifiques broderies d'argent qu'il reposa délicatement dans le paquet, le Jais s'approcha de l'entrée de la pièce, sans se montrer.

Pourriez-vous s'il vous plait venir. Quelque chose me chiffonne !


Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 21:01 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

    La colère avait gagner la rouquine, oui la colère de n'avoir pu se laisser aller juste une fois ! Certes ce n'était pas sans conséquence et elle en avait pleine mesure...Mais c'était tellement bon ! Mère disait tout le temps que pour calmer la tentation il fallait simplement y succomber. De bien belle parole qu'elle gardait toujours dans son coeur et son esprit. C'est cette femme qui avait commencer son éducation avant de rejoindre le très haut trop brusquement. Le Jais avait saisit le paquet, affichant un sourire. Et si il avait apprécier justement qu'il ne se passe rien? et si il ne voulait pas qu'il se passe quelque chose entre eux? Il s'en alla donc essayer les tenues et la délicate se balançait sur sa chaises, posant ses pieds sur le bureau comme pour se détendre enfin tenter surtout. Ses yeux étaient poser sur ses doigts qu'elle détaillait surtout pour laisser son esprit vagabonder. Comme si elle avait quitter la pièce un bref instant. Mais la vois du Jais la sortie doucement de ses pensée...

    - Pourriez-vous s'il vous plait venir. Quelque chose me chiffonne !

    Quelques choses le chiffonnait? Bien la première fois que la créatrice loupait une tenue. Un peu perplexe, ayline se leva puis entama la marche jusqu'a lui. Puis elle eu un instant de doute, stoppant sa progression. Et si il l'attirait à lui? dans quel but? était elle trop méfiante? Allait elle répondre a son invitation?

    - Que puis-je faire pour vous? Quel est le soucis?

    Oui elle gardait tout de même une distance, certes petite mais réel. C'est donc à mi chemin qu'elle était, le regard fixer dans sa direction.


Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 21:01 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

Thibalte a écrit:


Appuyé contre le mur de la pièce, le regard d'ébène s'était fixé sur le sol. Ainsi, toute son attention était portée sur les pas de la jolie, et son hésitation. Dissimulé à son regard, bien conscient qu'il remettait en doute le talent de la couturière, le Valzaquière souhaitait, et se devait de continuer ce petit jeu auxquels ils s'offraient. Sous peu, il payerait sa note, et s'en repartirait. Il lui était tout bonnement impossible de quitter le lieu sans une promesse de désir. Aussi, lorsque les s'arrêtèrent, une moue se figea sur le minois du Jais.

Hé bien venez, je ne saurais comment vous expliquer. Le tissu sans nul doute ! A moins que ce ne soit.. normal.

Se disant, le Valzaquière inspira doucement, attendant de voir ou non la silhouette se dessiner à la porte.

Auriez vous peur ?


Revenir en haut
Ayline
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 31 Déc 2015
Messages: 117
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 21:02 (2016)    Sujet du message: Habillons le mensonge Répondre en citant

    La rouquine était planté là... au milieu de la pièce. Allait elle le rejoindre? allait elle simplement se poser et attendre. Ou le forcé à sortir de sa cachette afin de détaillé le soucis? Une voix se fit entendre...

    - Hé bien venez, je ne saurais comment vous expliquer. Le tissu sans nul doute ! A moins que ce ne soit.. normal. Auriez vous peur ?

    Le tissue? Qu'avait elle fait cette Lysandre? Un pas puis encore une pause. Puis un nouveau pas... oui la délicate se rapprochait dangereusement du client ne sachant vraiment pas ce qui allait se passé. Il semblait l'attendre sérieusement. Du moins, le ton qu'il avait pris l'était. Aller, il fallait être courageuse ! Ayline fini par le rejoindre ou du moins, s'en rapprocher le plus possible tout en laissant une distance entre eux.

    - Alors? quel est ce problème?

    Elle se posa, adosser au mure qui les séparaient. Enfin pour combien de temps, c'était la là question... Elle regardait son bureau tout en pensant qu'une nouvelle décoration ne ferait pas de mal à cette pièce. Elle fit un petit sourire en imaginant la tête de Monseigneur Yrh quand à la note de ces petits travaux. Il fallait bien qu'il rémunère un minimum son équipe afin de faire tourner la boutique au mieux ! Peut être un siège dans un coin... Oui un beau fauteuil avec un velours rouge foncé. Et des accoudoirs en bois sculpté. Et une toile de maître vive au mur afin d'égayer la couleur austère qui y régnait. Oui tout cela traversait l'esprit de la délicate pendant que Le Jais tentait de lui répondre...


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:07 (2018)    Sujet du message: Habillons le mensonge

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Domaine d'Ayline de Montestier Droucy, Fille d'agapee Index du Forum -> ROLE PLAY -> Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com