Domaine d'Ayline de Montestier Droucy, Fille d'agapee Index du Forum
Domaine d'Ayline de Montestier Droucy, Fille d'agapee Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

[RP] Un rouquin, une taverne... une proposition!

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Domaine d'Ayline de Montestier Droucy, Fille d'agapee Index du Forum -> ROLE PLAY ->
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Agapée de Montestier
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 744
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Nov - 15:58 (2013)    Sujet du message: [RP] Un rouquin, une taverne... une proposition! Répondre en citant

Evanaelle a écrit:
[Soir du 20 février 1461.. dans une taverne de Dijon...]


La rouquine venait de temps en temps se reposer en taverne. Elle prenait un bouquin et lisait tranquillement... sûrement une manière bien à elle de vider son esprit des traqua de la journée. Elle se posait donc au coin du feu, dévorant les pages de son livre... Le silence pour seule compagne dans ses soirée bien froide il faut dire... Elle attendait la venu de son tendre... Les frontières étaient quelques peux agités, celui ci restait aux abords de la bourgogne.. attendant que cette situation se décante et qu'il puisse enfin la rejoindre sans risqué de prendre quelques coups d'épées au passage...

Elle était donc la... écoutant le crépitement du feu dans l'âtre... Plongé dans cette lecture des plus agréable... quand soudain la porte de la taverne s'ouvrit. Un petit rouquin a barbe fit son entrée. Elle plia la page du livre afin de reprendre sa lecture plus tard et le ferma. Elle le déposa sur la table et posa ses yeux sur lui. elle l'avait déjà vu quelques fois en taverne en journée... il semblait discrète et se baladait tout le temps avec une poule en laisse. c'était plutôt surprenant mais cela faisait sourire la rouquine. Elle le suivit des yeux et le vit se posé, grattant sa barbe qui semblait bougé... elle avait remarqué ce détail a plusieurs reprise, mais n'avait dit mot. Puis Elle se fit entendre, rompant la le silence paisible de l'endroit...

Eva avait bien vu a la taille et a la silhouette du jeune homme qu'il était encore un enfant. Mais ne voulant pas le vexer et surtout gâché ses effort pour le caché, elle n'en dit mot. Elle se leva et prépara du thé... puis des biscuits... Bien décidé a en apprendre plus sur ce petit rouquin... Allant a se demandé ou pouvait bien être ses parents. Au cour de la discutions qui suivi, elle appris avec stupeur que le gamin traînait seul en ville. il n'avait donc aucun parent et ne trouvais que de sordides abris pour dormir. Elle avait servit le thé et distribuer quelques biscuits et regardait le jeune homme dévoré cela comme si il n'avait mangé depuis des siècles... Puis il lui vint une idée. Oui la rouquine pouvait aussi avoir des éclairs d'intelligence même si certains pouvaient en douté. Elle était souvent a l'auberge de mère et savait que quelques chambres étaient disponible... Quoi de mieux que de tendre la main a une personne dans le besoin. Elle proposa donc au jeune homme de lui offrir gîte et couvert pour quelques jours. c'est sure que Mère n'apprécierait pas le geste mais Éva n'en avait que faire. Pour elle, le plus important était de voir l'enfant ne manqué de rien. Elle avait vécu bien pire et aurait aimer qu'une personne charitable lui tendent la main a cette époque...

La discutions close et l'accord entendu entre les deux personnes, Éva lui tendit le bras et l'accompagna dans une des chambres. Lui tendant la clé, elle fit un de ses plus beaux sourires!


[Une chambre à visiter et un enfant à combler!]

pénétrant enfin dans la chambre, la rouquine tendit la clé de celle ci a l'enfant. On pouvait y voir un petit lit modeste. Une petite armoire! Une commande, avec une bassine remplit dos, surmonté d'un miroir... et un secrétaire posé au bord d'une vaste fenêtre. tout était fait pour que le client soit agréablement installé. Elle laissa le jeune homme découvrir les lieux...

- Voilà Laff! La fameuse chambre! Bien je crois que vous avez tout ce qu'il vous faut! Je passerait vous porté le petit déjeuner demain. Attention de ne pas sauté sur le lit! Si nous abîmons le mobilier, mère me fera latté en place publique. déjà qu'elle n'appréciera pas forcément ce que je viens de faire...

Pensant déjà a la réaction de la mirifique, Éva fit une légère moue. Mais il ne fallait pas gêner le jeune homme sans quoi il refuserais la proposition et retournerais dans les rues ce qui rendrait anxieuse la divine... Elle secoua donc la tête légèrement et fit un petit sourire... Cachant la le stress que la situation causait...


Revenir en haut
Skype
Publicité






MessagePosté le: Ven 29 Nov - 15:58 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Agapée de Montestier
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 744
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Nov - 16:01 (2013)    Sujet du message: [RP] Un rouquin, une taverne... une proposition! Répondre en citant

Laff' a écrit:


Il n'était pas bien grand, il n'était pas bien gras, pas bien costaud, pas bien en point. Non, il n'était rien de tout cela, mais Dieu que cela grouillait sous cette tignasse rousse qui semblait parfois taillée au couteau à pain. Seul, entre amis, quand tout allait pour le mieux, le petit filou se tenait fier comme un paon. Son talent, car il en avait un, n'était pas des plus honnêtes ; mais c'était bien un talent, c'était déjà cela. En effet, ce petit fripon savait mieux qui quiconque dissimuler le petit caillou sous sa manche, tout en continuant impassiblement à mélanger les godets, feignant l'angoisse alors qu'un passant hélé de loin, naïf ou bien joueur, désigne l'un des trois contenants, fébrile, sûr que la fortune s'y cache.

- « Moi j'suis sûr qu'j'vais m'faire botter l'train... maugréait-il dans sa fausse barbe en poils de lapin qu'il avait un jour troquée contre une bague inestimable qu'il avait dégoté un jour comme par miracle, dans une bourse chapardée. C'était bien là la jeune Fripouille : à l'instant même où la chance semblait lui sourire, la poisse finissait par se pointer, comme pour rétablir un mystérieux équilibre. Petit & fin, il semblait être fait pour se faufiler au milieu des foules, flairant le vieil homme & sa bourse garnie de promesses et de rêves pour ce gamin des rues. Seulement, petit & maigrelet, la fortune ne lui souriait qu'un temps, un court instant : le temps qu'un filou plus vieux et plus épais que lui ne vienne le délester de son menu butin. S'il était malheureux ? Connaissait-il seulement autres univers ? En ces ruelles sombres et encombrées de tout ce dont on se débarrasse, il était chez lui. Ces petits quartiers délabrés, dévastés, que l'on trouve parfois aux lisières des villes, ces ruelles étroites et souillées où la pègre règne & où les honnêtes gens ne songeraient même poser un jour un pied, c'était encore là qu'il se trouvait le mieux ; parce qu'au-dehors, dans la belle ville où sur les routes, Dieu sait ce qui peut bien attendre les petits gars comme lui.

- « Z'êtes sûre que... objecta t-il une dernière fois, dans le vide, alors que l'étonnante rousse rencontrée tantôt passait la porte de cet endroit qu'il connaissait déjà un peu. C'était ici qu'il était entré cette nuit où il se décida enfin à venir voir ce qu'il se tramait dans la belle ville. Une chambre, un lit, un toit, un endroit clos où les voyous ne viendrait pas le dépouiller, où les ivrognes ne viendraient pas le molester. Arrivé au seuil de la chambre, le cœur de la Fripouille battait comme mille tambourins un jour de fête. Que devait-il faire ? Que devait-il dire ? Comment la remercier ? Qui était-elle ? Où donc était l'entourloupe ? Cette femme était-elle seulement une bonne âme ? Un de ces anges que l'on trouve parfois sur notre route comme lui avait dit une fois le vieil homme qui l'avait pris sous son aile autrefois ? Le Rouquin restait méfiant, il faillit même prendre ses jambes à son cou lorsqu'il comprit que la fameuse mère de la Bienveillante n'était pas tout à fait au jus. Elle lui avait menti. Devait-il fuir ? Après tout, ce n'était que pour une nuit. Après tout, c'était une chambre : une vrai chambre, une chambre fermée, un abri chaud, douillet, & sûr. Sauvage, il l'était. Mais c'était un gamin des rues aux prunelles pétillantes qui découvrait ce lieu où il pourrait, pour la première fois depuis bien longtemps, dormir sur ses deux oreilles.

- « C'est... chaud.. souffla t-il en s'avançant vers le lit, ses mirettes se lançant à l'assaut des moindres recoins de la petite pièce. C'est... Il s'arrête, ne trouve plus ses mots. Il la regarde, l'observe, essaye de lire sur son visage, n'y voit qu'un sourire, n'y flaire pas la moindre arnaque. Merci...

Le petit déjeuner, il ne savait pas ce que c'était, mais ce n'était pas ce qui expliquait ce sourire mitigé. Un sourire plein d'allégresse, un sourire sincère qu'il envoyait à cette femme tombée du ciel. Mais il y avait dans ce sourire comme une inquiétude, un doute, une question qui le taraude. Cette question, il la lui posa avant qu'elle ne s'en aille...

- « Pourquoi ? »


Revenir en haut
Skype
Agapée de Montestier
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 744
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Nov - 16:05 (2013)    Sujet du message: [RP] Un rouquin, une taverne... une proposition! Répondre en citant

Evanaelle a écrit:


La rouquine ne quittait pas des yeux le jeune Laff qui découvrait avec émerveillement mais surtout crainte les lieux. Oui elle voyait bien de la crainte... Quelques mots qui rompait le silence... Pas de phrase! Pas d'expressions! Juste des mots que la divine ne comprenait qu'a moitié. Elle n'avait pas eu l'occasion d'avoir une personne la soutenant ou l'aidant pendant ses longues années au prêt de "l"oncle"... Elle avait été tirer des bras de sa mère étant jeune et avait vécu un peu comme lui. au départ a chapardée sur les marché et a espéré un coin tranquille dans une ruelle sombre pour dormir la nuit... Quoi que Dormir était un mot vain dans son passé. A peine fermait elle un oeil qu'un bruit se faisait entendre dans la ruelle... Les hommes, les porcs même affluait souvent en sa direction! Pensant que la demoiselle n'était autre qu'une catin de plus dans les rues de la ville. Oui son passé était des plus mouvementé et peu de gens le connaissait. Comment pouvait il en être autrement! Depuis qu'elle avait retrouvé mère. Et les rangs de la noblesse! Elle avait décidé, comme un accord avec elle même! De ne jamais révélé son passé sombre afin que sa mère puisse penser bien a tord que sa fifille était encore fraîche et pure! c'est surement ce qui poussait la divine à chercher elle même son prétendant afin de ne pas jeter la honte sur cette famille connu qu'est les Montestier...

Oui c'était la les pensées de la jeune femme en voyant ce petit bonhomme regarder, inquiet, les lieux. Elle ne souhaitait la que lui rendre service et lui montré que la vie n'est pas forcément faite de mauvaise chose! Et qu'on pouvait aussi avoir de la chance et apprécier la bienveillance d'une main tendu vers sois... Puis ce fut cette question... précédant un Merci qui lui fit chaud au coeur... Pourquoi?

Oui la question était mérité. Pourquoi une inconnu donnerait une chambre a un garçon dont elle ne sait que peut de choses? Pourquoi ce soir précisément? pourquoi prend elle le risque de fâcher la mirifique? oui tant de questions que le jeune homme devait se poser tout comme elle le faisait. ses perles grise glissèrent sur le jeune homme et se plantèrent dans les siennes. Ce sourire rassurant vint s'affiché sur son visage.. Il fallait donner une réponse et expliquer le pourquoi... Mais cela allait être périlleux et la divine le savait. Mais la chambre était fermé! Nulle oreille dans les environs pour percer son secret. Juste ce petit bonhomme et elle. Il disparaîtrait peut être le lendemain.. Même si Éva ne le souhaitais pas... c'est donc un peu anxieuse qu'elle lui tendit la main...

- Allons approchez...

Puis de se diriger sur le bord du lit... Et de le laisser s'asseoir a coté d'elle...

- C'est que je pourrait te répondre juste parce que... Cela suffirait pour un jeune garçon comme toi! Mais je me dois de t'en dire un peu plus! De te faire comprendre...

La rouquine fit un sourire. elle venait de se rendre compte qu'elle tutoyais la jeune Fripouille mais ne changea pas pour autant... Il était en age de recevoir le tutoiement... Même si mère lui avait appris, dans ses nombreuses leçon de courtoisie et de tenue en publique de ne pas, en aucun cas, tutoyer une personne... même elle. c'est donc ce fameux sourire affiché, comme toujours chez la rouquine... qu'elle repris...

- Vois tu, j'ai moi même vécu dans les rues... j'ai moi même su ce que c'était de vivre au jour le jour et de tenter de survivre dans la jungle des rues d'une grande ville. Ho je sais que tu te débrouilleras! comme tu l'as fais avant de me rencontrer... Mais je me dis qu'une main tendu, juste une fois! Sans donner quoi que ce soit en retour ne peux que te faire du bien. alors je ne te demande rien! Je ne t'oblige a rien... Je t'offre juste la possibilité de te reposer sans crainte! De dormir... De rêver qui sait! De profiter d'une couche confortable pour oublier, pour une nuit, le sol dur des rues de la ville.

La rouquine ne put s’empêcher de caresser la joues du jeune homme! Ho pas un geste mal sain! Plus la caresse d'une mère a son enfant. Comme pour le rassuré avant de trouver le sommeil! Comme pour l'aider a entrer dans ses songes le plus paisiblement possible...

- Tu sais... Si vraiment la situation te gène, tu seras libre demain de reprendre le cours de ta vie... Mais si, avec une infime chance! tu décidais d'apprécier et de rester... Sache que cette chambre sera tienne le temps que tu désir...

Puis de planté son regard dans le siens afin de percé ses pensées... De déchiffrer ses émotions sur ce doux visage d'enfants.


Revenir en haut
Skype
Agapée de Montestier
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 744
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Nov - 16:07 (2013)    Sujet du message: [RP] Un rouquin, une taverne... une proposition! Répondre en citant

Laff' a écrit:


La fripouille inspire, retient son souffle : il se méfie, il zyeute cette ange gardien venue de nulle part. Comment pouvait-elle avoir été comme lui ? Comment cette femme du beau monde pouvait-elle avoir été comme lui ? Il se demande si elle dit vrai. Mais pourquoi donc la Bienveillante lui mentirait ? Il inspire, il se crispe, il se raidit ; alors qu'une douce main le frôle, il reste immobile, le souffle coupé : il obéit, il se tait, il observe. Mais où est donc passée ta gouaille, Fripouille ? Inspire, expire, respire : détends-toi un peu, lentement, laisse-la te percer, sûrement parce qu'aucuns dangers ne se profilent à l'horizon, sûrement ne te veut-elle pas le moindre mal, sûrement ne te veut-elle même que du bien. Oublie la rue, oublie la frousse, oublie ces quelques pièces que tu as chapardé, oublie ce vieillard que tu as roulé : oublie tout, profite de cette chaleur, de cette ange qui ne veut que ton bien, de ce petite chambre, de ce petit paradis.

- « Z'êtes... un Ange ? finit-il par bégayer, après qu'elle se soit tut, après un long & lourd silence qu'il semblait déjà regretter d'avoir percé. Doucement il se mit à rosir, le regard fuyant. Oh je.. j'sais bien que... qu'les Anges ils.. ils viennent pas comme ça, v'savez. J'crois pas qu'les Anges, ça existe vraiment. J'crois... J'crois qu'c'est du chiqué. C'vrai, j'suis pas bécasse. J'crois pas tout c'qu'on m'cause, v'savez.. J'sais bien qu'c'est du chiqué ! 'Fin j'crois.. Une chose était sûre, néanmoins : cette sacrée caboche y croyait, non pas qu'un peu. Ici peut-être résidait sa bonne fortune, sa plus belle chance, son plus beau bijou : ayant été élevé par un vieil Artiste sans grand talent ni sans le moindre sous, son innocence n'avait été encore trop entachée par la dure école des ruelles. Il n'était plus un petit bambin docile, il était encore loin d'être un adulte aguerrit. Le Rouquin n'était qu'une jeune & frêle Fripouille, non pas l'une de ces dures & vieilles canailles.

Peu à peu, il se laissait apprivoiser. Il respirait à nouveau, serein, baissant sa garde sans toutefois poser armes à terre. Tout de même, toute cette bonté ne pouvait pas finir sans quelques pots cassés. A cet instant il voulait seulement ne pas y songer. Non, il aurait aimé seulement savourer ce moment et tout ce que l'Ange lui offrait. Il aurait aimé, mais on pouvait lire sur son minois tacheté quelques reste de cette agitation qui tantôt ternissait son sourire.

- « Mais.. Z'allez... Z'avez pas peur... d'prendre une rouste ? lâcha t-il enfin, visiblement très inquiet quant au sort de la Rouquine, avant de lui demander, nez plissé, tête penchée : Et moi ? J'vais m'faire rouster, aussi ? »


Revenir en haut
Skype
Agapée de Montestier
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 744
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Nov - 16:14 (2013)    Sujet du message: [RP] Un rouquin, une taverne... une proposition! Répondre en citant

Evanaelle a écrit:


Éva sentait que le jeune homme ne se décontractait pas... Bien au contraire il avait toujours se regard inquiet... Mais il commençait a parler un peu plus... D'un mot il était passer a une phrase... Net progrès que la rouquine souligna d'un nouveau sourire... Puis celui ci fut rejoins d'une couleur rosit sur les joues. Elle n'avait pas l'habitude qu'on la prenne pour un ange... Non! Une chieuse, une catin par moment... Mais jamais un ange! Elle était donc là , joue empourprer, à remercier Aristote d'avoir mis cette fripouille sur son chemin. Oui Il la voyait elle! Pas son passé ou le morceau de viande que l'on peut déguster la nuit venu... Il ne voyait que la femme!

- Un ange? Hum... J'hésite. Je ne sais même pas si Aristote a une place pour moi prêt de lui... Disons plutôt que je suis la douceur! La gentillesse! Disons que je suis simplement la personne qui aimerait changé pour une nuit le cours de ta vie.. Et je te rassure, Ce n'est pas du chiqué! Je suis sure que les anges existent. J'en ai même un en face de moi a cet instant.

Elle repris un peu son souffle... essayant de na pas trop rougir...

- Tu ne peut être qu'un ange mis sur ma route. Tu sais... J'aurais pu être maman... Mais Aristote en a décidé autrement. J'aurais pu avoir un jeune homme comme toi dans le passé... Mais il n'en est rien! Alors quand je te vois! Que je te regarde la... Je me dit que j'ai de la chance car une chose est sure. J'aurais voulut qu'il soit comme toi! Débrouillard... Gentil! Et qu'il ai cette petite bouille d'ange..

La rouquine quitta la couche un instant, tentant de cacher sa tristesse. Elle ne parlait que peu de cette grossesse qui l'avait mener à quitter Cuche et surtout à fuir au couvent.. Elle avait honte de l'avoir perdu et de n'avoir donner a celui ci l'enfant qui aurait put changer sa vie... Elle avait gardé ce cauchemar comme un secret... Se dirigeant vers la petite commode, elle pencha sa tête au dessus de la bassine et frotta son visage avec de l'eau... Il fallait faire disparaître les première larmes qui commençaient à perler sur ses petit joues. Tout en le faisant, elle écoutait l'enfant continuer a poser des questions et sourit intérieurement... Se redressant et prenant un linge pour sécher son visage... elle fini par revenir prêt de lui...

- Peur? Moi? de prendre les coups de lattes de mère?

essayant de ne pas rire aux éclats pour le coup...

- Non soit tranquille! Mère parle beaucoup, cris même! Mais n'a pas encore eu le loisir de lever la latte contre moi! Elle va surement hurler... Me dire que je suis inconsciente de laisser un enfant de la rue dans la chambre... Peut être comprendra t'elle ce qui me pousse a le faire... Quoi que je ne préfère pas... cela me vaudrait un tour au couvent pour quelques années... Mais non.. Ni toi ni moi ne prendront de roust ! et puis...

Prenant un peu de couleurs aux joues...

- Sache que si d'aventure elle devait s'en prendre à toi! Je te protégerais. Quit a mettre ma propre vie en péril. Je n'accepterais pas qu'on te touche... Ou qu'on te fasse du mal...

Oui la rouquine avait bien des défauts mais surement pas de mettre un enfant dans une situation délicate. Ha ça non... Elle c'était pris d'affection pour cette petite fripouille... ce petit rouquin qui malgré lui... Commençait a changé sa vie... Et celle de cette divine... Oui il apporter ce petit rayon de soleil... Cette douceur qui lui manquait temps. Elle prenait plaisir a voir ce que pouvait donner l'arrivée d'un enfant dans sa vie. Si elle serait une bonne mère... Ho elle avait déjà testé cela avec Jeny qui avait apprécier s'endormir sur ses genoux en taverne... Mais c'était plus compliqué avec un garçon de cet age... Et Éva fut rassuré... Elle était prête a devenir mère. Prête a affronté les ages de sa futur progéniture... Il faudrait peut etre pensée a en discuter avec son tendre... et prier, oui prier qu'Aristote lui laisse la chance de pouvoir enfanter...


Revenir en haut
Skype
Agapée de Montestier
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 744
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Nov - 16:17 (2013)    Sujet du message: [RP] Un rouquin, une taverne... une proposition! Répondre en citant

Laff' a écrit:


Toute cette gentillesse, cette bienveillance, la chaleur de la voix et ces mots n’annonçaient aucunes misères mais, bien au contraire, toute la douceur d'une mère dont rêve sûrement la nuit les petits orphelins. Mais la Fripouille, lui, n'avait jamais connu de mère et bien qu'elle lui confiait avoir été comme lui, la distance était trop flagrante : elle était une femme du monde, il était un fripon des rues. A présent, il ronronnait comme un chaton mais quelques chose au fond de lui, comme une petite voix lui murmurant à l’oreille, savait que ce bonheur ne serait que provisoire, que ce n'était pas sa place, que son sort était tout autre, que les garçons comme lui finissaient nécessairement ailleurs. Cette petite voix se trompait-elle ? Peut-être. Le fait est qu'elle emportait la bataille. Il n'était plus un bambin, il n'était pas un adulte : trop jeune pour faire sa vie, trop vieux pour la recommencer. Les dés étaient jetés, et bien qu'ils tournoyaient à présent, qui mieux que cette Fripouille savait à quel point les dés étaient pipés, le résultat connu d'avance ? Bien sûr, à cet instant, les choses n'étaient pas aussi claires. Il voulait croire que cet Ange sur son chemin le tirerait de la rue, que plus rien ne serait comme avant, que jamais plus on ne le trouvera seul à la merci des canailles. A cet instant, il y croyait, un peu : la chaleur apaisante l'aveuglait, tout semblait tendre vers le mieux.

- « J'suis pas vraiment un Ange...

Il l'avait écouté sans piper mots, mais Dieu sait si tout cela lui titillait l'esprit. Non, il n'était pas un ange. Il n'était pas un bandit, un assassin, un pilleur assoiffé de femmes et d'or, un mercenaire sans scrupules assoiffé de sang ; mais force est d'avouer qu'il n'était pas un ange pour autant et que, malgré ses douze ou treize printemps, le jeu et la roublardise n'avaient plus de secrets pour lui. Il n'avait que douze ou treize printemps mais il faut bien reconnaitre que derrière ce minois imberbe se cachait un esprit plus proche du vieux grigou que de l'enfant de chœur. Plus encore que le gouffre qui séparait leur deux mondes, peut-être était-ce cela qui annihilait en son cœur l'espoir que cette nuit n'était que le début d'une belle aventure et d'un avenir plus doux : il ne pouvait se reconnaitre pas dans ce petit ange qu'elle lui décrivait, qu'elle semblait voir en lui. Si ses mains n'étaient pas rouges, elles n'étaient pas blanches pour autant. Il ne parvenait tout à fait à masquer sa gêne. Il lui souriait doucement, évitant ses yeux, lorgnant tantôt sur ses mains habiles, tantôt ses genoux cagneux, tantôt sur la fenêtre de la chambre comme un prisonnier lorgnerait sur les barreaux de sa cellule. Mais son malaise n'éteignait pas sa curiosité innocente...

- « Pourquoi v'z'avez pas eu c'garçon ? V'savez.. 'chuis p'tete pas comme lui, hein. Pis faut pas être triste, v'savez. Moi j'connais une femme.. l'a eu douze enfants ! ... L'en reste deux mais 'sont bien vivants, & c'des garçons. 'Voyez.. v'pouvez en avoir des tas encore !

Il lui souriant, persuadé que son histoire pouvait lui remonter le moral. Il revint alors au sujet qui le tracassait un peu plus tôt. La réponse de la Bienveillante l'avait quelque peu mouché. Il n'avait pas tout compris, l'allusion au couvent s'en était allée par l'autre oreille. Pour lui, elle était prête à braver sa mère, à prendre sa défense. Il se devait de répliquer, poussé par un élan de fierté, rehaussant son maigre torse et grossissant à s'en rendre ridicule sa jeune voix : « Oh v'savez ! Un jour un gars m'a dit qu'si j'déguerpissais pas d'suite d'cette place... y m'couperait une oreille, pis qu'si j'gueulais y coup'rai la langue ! ... Alors v'savez, j'pas peur d'la latte moi, héhé ! ... Ma main à coupé qu'il n'était pas vraiment rassuré, cela se lisait aisément à l'intonation de sa voix. Il se tut quelques instants, mais une question restait toujours en suspend. Qu'advenait-il des jeunes vagabonds ? Il la fixa intensément, cette fois, le nez plissé, méfiant, avant de lancer, inquiet de sa réponse : « Si j'reste pas... Vous m'f'rez arrêter ? »


Revenir en haut
Skype
Agapée de Montestier
Propriétaire

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2009
Messages: 744
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Nov - 16:20 (2013)    Sujet du message: [RP] Un rouquin, une taverne... une proposition! Répondre en citant

Evanaelle a écrit:


Le jeune garçon avait ouvert un sujet, bien que douloureux, assez intéressant... Pourquoi ne pouvait elle pas avoir de nouveaux enfants? Pourquoi se sentait elle si sûre d'être non fertile? Mais il y avait des choses qu'une femme ressentait sans comprendre pourquoi... Un genre de sixième sens qui leurs faisaient défaut... et La rouquine avait sentit cela le jour ou elle perdit son premier enfant... comme un pincement... Une sensation qui l'avait envahit. Un mal qui la rongeait de l'intérieur. Mais elle n'en avait touché mot a personne! Elle c'était juste fait a cette raison et savait que de toute manière... Elle n'enfanterait jamais... Elle ne put qu'offrir un sourire chaleureux a ce jeune homme, ne voulant en aucun cas alimenter la conversation de nouveau. Surement pas encore prête a admettre a voix haute et devant témoin qu'elle ne sera jamais mère...

Puis elle ne put que sourire devant la scène qui suivit... Oui il avait là une posture des plus charmante! Pour sûre que ce jeune homme la protégerais quoi qu'il arrive... Et qu'il n'avait pas peur de la latte! Surement a force de recevoir des coups dans les rues de la grandes ville. Elle avait un peu de peine bien qu'elle était assez fière de rencontrer un garçon si courageux. Beaucoup aurait pleurer ou fuis en courant devant les difficulté! Mais pas lui! Il restait la sur la couche, se posant maintes questions et ne sachant ou tout cela le mènera. Elle se sentait aussi honteuse! Oui elle était gentille mais cela n'était pas désintéresser... Elle aurait aimer un enfant comme lui. Peut être que si... il comprendrais et jouerait se rôle... Elle savait cependant qu'elle ne pouvait changer la nature de cette Fripouille et changer sa vie d'un garçon des rues a un jeune homme de la haute société. Elle avait fait cette pirouette dans le passé et n'avait pas réussi a merveille l'exercice. Bien au contraire! elle gardait encore des manières bien trop rustre et sèche pour prétendre être une grande dame. Mère était désespéré de voir sa fille aîné aussi mal élevé. Mais aller changer une femme qui a vécu la moitié de sa vie dans les rues a mendier ou a être traiter comme une catin... Vous comprendrez! Perdu dans ses pensées, la rouquine secoua la tête comme pour se raccrocher a la réalité! Et entendit alors les derniers mots de son hôte...

Large sourire de la rouquine avant de répondre avec sa voix la plus douce pour le coup...


- Pourquoi je te ferais arrêter? Tu n'es pas en prison ici! Tu as le droit de partir et de refuser mon offre! Tu as le droit de profiter de cette nuit et de partir demain sans même un merci!

Elle caressa à nouveau sa joue... Oui elle était comme ça Éva... Douce et avenante surtout avec les enfants...

- Tu as la clé de cette chambre et tu as la possibilité de te reposer... Mais tu as aussi la possibilité de partir maintenant et de retourner dans ta vie pleine d'aventure! Je ne suis qu'une douceur sur ton chemin... Qu'un rêve éveillé! Tout aussi éphémère au finale... A toi de te laisser envoûter par la magie de l'instant le temps d'une nuit. Ou de partir en claquant la porte. Sache cependant que tu n'aura aucun ennuie de ma part ni aucune punition ou que sais-je encore! Juste un merci car tu m'a permis de passer une merveilleuse soirée en ta compagnie! Et tu m'as permis aussi de rêver... Oui de rêver un bref instant a ce qu'aurais été ma vie avec un enfant! ça n'a pas de prix... crois moi! C'est même en dessous de ce que je t'offre ce soir!

Puis la rouquine se leva de la couche... elle s'écarta et le dévisagea un instant. Comme pour graver dans sa mémoire l'image de cette jeune Fripouille dans sa mémoire... Attendant la sa. décision..


Revenir en haut
Skype
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:59 (2018)    Sujet du message: [RP] Un rouquin, une taverne... une proposition!

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Domaine d'Ayline de Montestier Droucy, Fille d'agapee Index du Forum -> ROLE PLAY -> Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com